Semaine de la mémoire 2020

-

Bordeaux a été le 2ème port négrier français, après Nantes et le premier port colonial. L’indispensable travail de mémoire a commencé il y a plusieurs années après une longue période de silence et d’ « oubli de réserve ». Depuis 2005 plusieurs actions menées par la Ville témoignent d’un dynamisme fort sur le terrain mémoriel à Bordeaux : l’inauguration du square Toussaint Louverture en 2005, l’inauguration d’une plaque commémorative sur les quais des Chartrons en 2006, l’ouverture des salles dédiées à la traite et à l’esclavage au sein du Musée d’Aquitaine en 2009, la constitution d’une nouvelle Commission mémoire en juin 2016 et la remise de son rapport en mai 2018 présentant un plan de 10 actions toutes réalisées à ce jour.

Le travail de mémoire est nécessaire parce que le racisme et les discriminations prennent ancrages sur des théories élaborées pour justifier le traitement inhumain qu’ont subi des millions de personnes. C’est à ce titre que la Ville de Bordeaux lance aujourd’hui un appel à projet destiné aux acteur associatifs dans le cadre de la 5ème édition de la Semaine de la Mémoire en commémorations de l’esclavage, la traite négrière et leurs abolitions.

Pour cette nouvelle édition de la Semaine de la mémoire, il a été décidé de faire de l’île de La Réunion l’invitée d’honneur de cet évènement pour rappeler le rôle tenu par ce territoire et plus largement de la zone des Mascareignes dans la traite et l’esclavage entre les XVIIème et XIXème siècles.

 

Voir le programme de la semaine